Un monde nouveau

De Bolkis

La plénitude...

Le bonheur...

Tous ces mots ne sont qu'un pale reflet de tes sensations. Tes émotions sont intenses, la couleur est partout, les sons sont mélodieux. Tu flottes et tu savoures... Le temps passe. Tu es tous. Tous sont avec toi.

Soudain, ta conscience prend corps. Les images s'entrechoquent, les sons s’entremêlent, les sensations deviennent discordantes.

Tout ca ne te plaît plus. Tout cela t'agresse. Ce brouhaha devient intenable, ces visions te rendent malades... Tu fuis et tu te réfugies. Au loin, seul dans le noir. Tu coupes les ponts.

Ca y est, te voilà, un nouvel être, un nouveau bolkis. Tu façonnes dans ton esprit un monde qui te plaît. Comme un magicien, comme un dieu, tu construis, tu détruis, tu modifies.

Bienvenu Actal dans ton univers entoilé.
Bienvenu Grendal dans ton monde ensablé.
Bienvenu Braff dans ton désert brûlant.

Voilà comment sont nés les trois frères que nous connaissons tous. Voici comment débuta leur vie.

Actal avait hérité d'un de ses ancêtres une conception particulière de l'inner et de la vie. Il construisit en premier lieu un planétoïde dans lequel il creusa de nombreuses galeries. L'énergie lui provenait des myriades d'étoiles qui tapissaient l'horizon. De ce planétoïde qu'il baptisera T'kral, il fit naître de longs filaments partant en tout sens jusqu'à la paroi... Car en définitive, son univers n'était pas infini. Une sphère noire à la paroi caoutchouteuse marquait sa limite. Les étoiles y étaient greffées presque artificiellement. A mesure que les filaments se répandaient, l'obscurité envahissait T'Kral...

Grendal avait hérité de ses ancêtres d'une habilité particulière à se protéger et à surprendre. Un vers au milieu d'une immensité de sable, voilà ce qu'il était. Ce sable était envahi de courants. Son monde était encore vierge mais il avait lui aussi une limite. Un contour sphérique qui vibrait... une gigantesque boule de sable, voilà ce que c'était. Très vite ce petit vers utilisa les courants de sable pour le modeler, le façonner. Il creusa une boule et usa de son pouvoir pour la brûler, créant ainsi sa première bulle aux parois de verre. Dans cette bulle d'une centaine de mob de diamètre, il y fit apparaître des maisons de terre et des habitants : "les Swers". La vie était née et il en était le créateur.

Braff avait hérité de ses ancêtres d'une grande puissance et d'une grande énergie. D'abord lézard se prélassant sur le sol brûlant de son désert, il devient le concepteur, celui qui fit. Par l'effet de la chaleur, sous la terre naquis de nombreux insectes insignifiants qui servirent très vite de nourriture à de plus grosses fourmis. Ces fourmis creusèrent des galeries, construisirent des salles souterraines et commencèrent à se différentier. Certaines se redressèrent et aux bouts de leurs pattes apparu des mains. L'instinct animal laissa sa place à l'intelligence et une société naquis.

C'est alors que les trois frères prennent conscience qu'il y a un autour, qu'ils ont un corps. Il n'est pour l'instant qu'une simple boule de slim mais ils savent qu'ils peuvent agir dessus. Alors leur attention se porte tout entière sur leur chair. Cette action, il la visualise dans leur monde, dans leur inner. Actal travaille au sein de T'kral sur des structures de pierre, Grendal brasse son sable en tout sens et Braff met ses fourmis au travail. Tous ont l'instinct, tous sont soutenus et guidés par les images d'autrefois, par le langage de leurs ancêtres. Ils sont nés de la fusion de deux êtres et portent en eux leur histoire.

Petit à petit pousse sur leur côté de petits bras et sur leur corps apparaissent deux yeux, une bouche et deux trous en guise d'oreilles. Leurs paupières s'ouvrent... et ils voient. Une faible lumière rougeâtre éclaire la pièce. Chacun d'eux est posé dans un trou de pierre et au centre se trouve un plateau empli de nourriture. Ils ont faim mais ne peuvent bouger. Cette frustration, cette douleur psychologique les motivent à finir leurs bras et leur bouche au plus vite. Ca y est, il peuvent enfin se nourrir.

Une fois repus, ils observent. La pièce circulaire est taillée dans la roche. D'une large fente située au sommet d'un pan de mur, pénètre la faible lumière. Trois couloirs semblables à des trous partent à différents endroits du mur mais ils sont pour le moment inaccessibles.

Braff se sent soudain en alerte. Dans son inner a surgit un grand serpent vert. Il rampe lentement dans son immense désert irradié par ce puissant soleil. C'est Pentar, le serpent vert qui les a accueillis juste après leur naissance. Il était venu leur souhaité la bienvenu. Il leur avait appris que ce monde intérieur était réel. Il avait montré à Actal comment se connecter à l'esprit de Braff et les avaient guidé tous les deux chez Grendal. Ils les avaient fait se rencontrer, eux les trois frères et depuis ils partageaient leurs découvertes.

Pentar ouvre la discussion d'une voix calme et posée : "Bonjour Braff. Sens-tu l'énergie qui t'entoure ?
- oui, mon soleil apporte de la chaleur et cette chaleur crée la vie, s'enthousiasme notre jeune Braff
- Cette chaleur tu peux la contrôler. Apporte la à toi, concentre là en toi."
Braff s'applique à exécuter les consignes de Pentar et attire en lui un flux de chaleur de plus en plus important. Il se sent puissant, revigoré, presque invincible.
"Très bien, poursuit Pentar. Cette énergie est importante chez toi, il te faut en récupérer toujours plus et l'utiliser sagement. Allons maintenant voir tes frères".

Et c'est ainsi que Grendal apprit à absorber l'énergie de ses courants de sables.
Et c'est ainsi qu'Actal apprit à absorber la lumière de ses étoiles, même quand il ne pouvait les voir. Car il ne cru pas Pentar quand celui-ci lui dit qu'il pouvait depuis la sombre T'kral apporter jusqu'à lui la lumière des étoiles, mais il le cru lorsqu'en y pensant, il y arriva.

Les jours passèrent et Pentar venait les voir de temps en temps dans leur inner, leur monde imaginaire. Dnas le monde concret, ils furent bientôt capables, comme tout bolkis, de léviter à quelques centimob du sol. Ils découvrirent ainsi les tunnels qui les entouraient.

Grendal s'approche de l'entrée du tunnel. La lumière s'atténue rapidement et il n'arrive pas à discerner quoi que ce soit à plus de 5 mobs. Il lui semble discerner un grondement sombre venant des profondeurs. Tout cela est très inquiétant et peu engageant. Ils décident donc tous de travailler encore sur leur corps pour discerner ce qui se passe dans le noir. Une fois de plus guidé par leurs ancêtres, ils élaborent bientôt un système de sonar. A l'instar des chauves-souris, ils peuvent alors tenter l'aventure tous les trois...

Ce qui les a effrayé un temps se révèle être un bel espace de jeu. Des couloirs de pierres ont été taillés dans la roche, toboggan, cachettes, labyrinthe, et même pour les plus habiles des passages secrets difficiles d'accès. Le plus agréable d'entre eux est sans aucun doute la tonitruante chute d'eau et son petit lac souterrain. Dommage qu'elle soit un peu loin du nid car plus on s'en éloigne et plus il fait froid.



Ainsi, ils passèrent des mois à jouer dans leur inner et dans leurs jeux.

Mais le temps passe et leur savoir faire augmente. Ils ont fait le tour de ce qui les entoure et ils veulent déjà repousser les limites. Grendal tente de remonter le courant avec Braff, mais la rivière qui jaillit de la roche est trop puissante pour eux. Grendal plongerait bien en aval dans le courant qui s'enfuit, mais Braff l'a raisonné... Comment revenir s'ils ne sont pas capables de remonter la rivière ? Depuis ce jour, Grendal rêve de creuser la roche pour voir où cours cette rivière souterraine. Dans son inner, de nombreux vers cherchent donc à modeler son corps pour le rendre plus dur, pour créer des outils efficaces. Mais au fond de lui, d'autres choses se mettent en place et il sent qu'il peut, pourra, par sa pensée, un jour commander au monde extérieur. Il ne sait pas encore comment faire mais ses ancêtres sont à ses côtés et le guide. Il se laisse porter par ses inspirations et chaque jour se sent plus à l'aise avec cette idée.

Braff poussé par la curiosité, s'est un jour rendu plat comme une galette avec de long bras. Il a pu ainsi se glisser dans cette large fente qui amène la douce lumière. Après quelques mobs dans cette roche, la chaleur est devenue trop intense et il n'a pu aller plus loin. Depuis, ses fourmis étudient les façons de transformer sa chair afin de la rendre résistante à la chaleur.

Pentar vient leur enseigner son savoir sur les façons de gérer leur énergie. Il leur explique que tout ce qu'ils ont créé, que toute l'énergie qu'ils ont amassée et transformée émane d'eux. En y prêtant attention, il discerne cette énergie et sente qu'elle leur appartient. Ils perçoivent celle de leurs frères car elle est différente de la leur. Parmis mille, ils savent qu'ils pourront la reconnaître. Pentar leur apprend que l'on nomme tout cela de l'émanation.

Dans les jours qui suivent, ils apprennent à mieux utiliser leur émanation, à ne pas la dépenser inutilement, à toujours favoriser le "savoir faire" au "faire".

"Ecoutez, dit Pentar, plus votre contrôle grandira et plus vous pourrez manipuler de grande quantité d'émanation. Il vous faut apprendre à utiliser sagement ce pouvoir. Orientez vos décisions, agissez en douceur et prenez votre temps. Si vous favorisez la découverte d'une façon de faire plus efficace, vous deviendrez puissant. Au contraire, si vous gaspillez votre énergie pour vous aider à accomplir des actions ponctuelles, vous resterez faible. Acceptez l'échec, acceptez parfois de perdre ; vous en deviendrez plus fort. Relâchez votre colère, engagez immodérément votre énergie ; vous resterez des faibles."

Puis il leur parle d'autres personnes qui sans doute les accompagnent au quotidien dans leur inner.

"Ouai, s'exclame Braff, moi j'ai des reines fourmis ! Y'en a une, elle me parle tout le temps... Bah, qu'est-ce qu'elle me saoule d'ailleurs, elle parle trop, j'comprends pas tout..
Y'en a une autre qui travaille tout le temps. Elle est trop forte, elle fait vraiment plein de chose avec toutes ses fourmis.
La dernière, elle est vraiment trop intelligente. La travailleuse, l'écoute vachement. D'ailleurs, moi aussi je l'écoute vachement car elle dit trop des trucs intelligents.
- Ton enthousiasme est beau à voir Braff et je vois que tu es bien entouré. Garde tout de même en tête que c'est toi qui dirige ton inner. Que c'est toi le seul maître à bord et que tu as tous les pouvoir. Ces trois fourmis, ce sont des entités que tu as créé, que tu as imaginé. Elles ont leur autonomie propre et elles évolueront selon leur expérience à leur façon, mais sache que ces entités qui t’accompagnent sont là pour t'aider, pour t'assister. A chaque instant, tu peux décider de les annihiler, de t'en débarrasser. Même s'il est plus sage d'entretenir de bonnes relations avec elles, sache que cela est possible. Ses entités peuvent accomplir de grandes choses avec toi, considère les et respecte les, elles t'en seront reconnaissantes. Et toi Grendal, as-tu un ou une entité en toi ?
- Je ne crois pas maître.
- Tu peux en créer ou ne pas en créer. Fais ton choix. Je vous demande à tous de créer une entité aujourd'hui, de vivre quelques heures avec puis de la détruire. Il est important que vous sachiez que vous êtes capable."

Actal qui dans un premier temps pensait être seul a tout à coup la révélation de la présence de [Fistule] une entité puissante.

!!!!!!!!! ... raconter l’aparté sur fistule ... !!!!!!!!! ... raconter les suites de la formation ...


Oulist finit par céder à la requête insistante des trois frères. "Très bien, vous allez découvrir ce qu'il y a derrière cette porte. Mais nous n'irons là bas qu'un petit moment. Soyez bien sage." A ces mots, de la chair d'Oulist, de son slim, s'étire une longue queue qui s'enroule autour de la taille de Braff. Deux anneaux se forment autour de ses épaules assurant une prise ferme. Il en fait de même avec Grendal et Actal et ramène alors ses petits contre lui et annonce le départ.

Au delà de la porte, s'étire un couloir de pierre. L'excitation augmente à chaque mob. Le couloir s'ouvre sur la droite offrant une alternative, la possibilité de descendre en pente douce. L'instant d'après, nos trois frères sont captivés par une rivière de lave qui s'écoule en contrebas. La chaleur qu'elle dégage est importante et la lumière presque éblouissante.

Continuant sur les hauteurs sur une centaine de mob, ils rejoignent un nouveau couloir de pierre. Pendant son parcours, ils remarquent une large porte fermée sur leur gauche, mais ils l'oublient rapidement lorsqu'ils arrivent au bout du couloir. Assaillis par une vive chaleur, ils s'émerveillent, époustouflés par la vue. Une immense caverne s'étant sous leur yeux. "Ouha ! Mais c'est gigantesque" s'exclame Braff. "Oui répond Oulist, notre caverne mesure quasiment un kilomob.".

De leur promotoire, la rivère de lave s'écoule sur leur droite puis s'ouvre en un immense lac au centre de la caverne. En aval comme en amont, ils peuvent appercevoir un pont de pierre enjambant les larges bras de rivière. Tout autour s'étend une végétation bleue dans laquelle s'affèrent des bolkis. Attirées par un bruit familier, il observe ensuite la puissante cascade qui jaillit de la roche. S'écrasant dans un petit lac, elle donne naissance à un étroit torrent qui s'écoule dans un coin de la caverne.

"Ouha, c'est génial ! On peut descendre, lance Grendal
- Il fait beaucoup trop chaud par là bas. Il vous faut d'abord apprendre à résister à la chaleur. Vos corps doivent changer. Vous devez apprendre à transformer votre slim afin de le rendre plus résistant, à chasser la chaleur au lieu de l'absorber"



"Il y a fort longtemps, lorsque je n'étais qu'un jeune bolkis, un ami de mes parents est un jour venu nous trouver, mes parents, mes trois frères et moi alors que nous mangions. Il était totalement apeuré, terrifié. Il n'a pas dit grand chose. L'esprit colossal n'avait pas eu ce qu'il désirait et il était en colère. Il devait de ce pas rejoindre le groupe car leur chef Ofusta allait prononcer un discours et un appel au don.

Mes parents nous demandèrent de livrer à notre récolteur tout ce que nous avions et d'attendre ici, comme d'habitude, qu'ils reviennent. Nous avons donc livré notre émanation. Dans cet inner que nous connaissions peu, nous avons senti le trouble, une amorce de panique. Notre récolteur semblait envahi par la noirceur au plus profond de son inner... De peur, nous revenions dans nos corps. Un silence glacial s'installa entre nous... Et très bientôt, nous fûmes emporté par un lourd sommeil.

A notre réveil, nous avions perdu tous lien d'inner à part ceux tissés entre nous, ma soeur, mes deux frères et moi. Inquiet, nous avons entrepris d'ouvrir la porte. Elle ne nous résista pas bien longtemps et nous découvrîmes le cataclysme. Je ne sais si c'est la protection de nos parents qui nous sauva ce jour là, si c'est simplement la chance ou notre donation conséquente, mais nous avons été épargné.

Nos corps étaient comme endoloris, anesthésiés. Nous découvrions notre lieu de vie, ces plantes, cette lave dans un silence pesant. Alors que nous découvrions dans chaque salle les corps fusionnés de notre peuple, je fus envahi. Mon inner m'appela. Une figure immense et sombre absorbant toute lumière se trouvait là. Je sus que c'était lui, l'esprit colossal. Il m’expliqua ce que je savais déjà, ce que j'avais compris en le voyant. Je serais le nouveau récolteur que vous connaissez.

Nous nous sommes retrouvé à quatre avec 70 enfants et tous les dangers de ces lieux. Quatre années de dur labeur dont nous sommes fier. Un miracle qu'aucun d'eux ne soit mort. Nous les avons nourris, nous leur avons tout appris.

Quand ils furent assez grands, ils purent participer au travail. Chacun pris un rôle dans notre communauté et nous avons alors pensé à nous élargir. Tous ce que vous voyez ici a bien changé en quelques années. Nous avons amélioré nos conditions, agrémentés les cultures, simplifié le travail. Nous avons irrigué, nous avons creusé, construit des espaces de détente et de vie, des couloirs et des objets. Nous avons créés les tablettes d'écritures et remis en service la production de porte et autre objet en pierre de lave."



"Vous vous rappelez de Stosa ?

Ce jeune impétueux n'a pas voulu entendre les consignes concernant l'esprit colossal. Alors il s'est infiltré chez Oulist... Bien joué car il l'a pas vu ce coup-ci. Il a réussi ensuite à remonter le canal du grand esprit colossal. Bon, ça c'est pas dur, mais c'était malin de le faire pendant une livraison. N'est pas Stoufz ? lance-t-il accompagné d'un oeil culpabilisateur. Tu connaissais ses plans et t'as rien fait pour lui !

Et ben voilà comment il a fini le Stosa... Complétement stoza ! Tellement il était devenu barré, on a dû l'enfermer. Il faisait n'importe quoi ! Il saccageait la nourriture, tentait de traverser la rivière de lave, criait des paroles à peine compréhensives. Ca, il en a fallu du temps pour le calmer. Des mois que ça a pris ! Bon, depuis, on a pu le libérer, mais il a toujours un grain, ça c'est sûr... Ce jour là, il a vu des trucs dans l'esprit colossal qu'il faut pas voir... Ca m'en fait frisonner la coquille rien que d'y penser !"

Nos trois frères se sont alors mis à parler entre eux de cette histoire, chacun supposant toute sorte de chose sur Stoza. Alors qu'Actal supposait que ce dernier fut peu malin d'attaquer seul l'esprit colossal, Stoufz, réputé pour sa fine ouïe, les interrompit : "Je ne peux pas vous laissez dire ça ! lança-t-il. J'étais avec lui ce jour là... Enfin disons que j'étais plutôt en couverture. Il m'avait dit ce qu'il comptait faire. En aucun cas il ne voulait attaquer l'esprit colossal. Il voulait simplement aller le voir, observer à quoi il ressemblait. Il m'avait même rassuré en disant qu'il irait là bas de manière très respectueuse et que s'il le découvrait, il tenterait de mieux le connaître en communiquant avec lui.

Mais voilà, au bout d'un moment, il est sorti de l'inner et m'a parlé pris d'une grande panique. Son incarnation avait été piégé là bas. Dans l'obscurité totale, dans un climat de peur, il s'était trouvé comme étreint, comme tétanisé. Des visions d'horreur ont apparu à ses sens.

Vous pensez, je me suis directement incarné et j'ai foncé dans son inner. Quelle ne fut pas ma surprise de le voir transformé ; totalement envahi par les ténèbres. Une épaisse brume éfillée dévorait la lumière. S'imicant dans les moindres recoins de ses structures. Je suis aller chercher mes amis et nous avons attaqué cette noirceur à cinq. Dès notre première intention, nous avons été éjecté de l'inner de Stoza. L'esprit collossal est venu à nous et nous a menacé. Nous avons eu une de ces peurs ! Nous en avons parlé à Stoza. Il ne voulait pas que d'autres soient au courant... surtout Oulist qu'il avait dupé.

Puis à ce moment là, son incarnation a été libéré et l'esprit colossal lui a parlé. D'une voix caverneuse, Stoza fut averti qu'il paierait pour son offense.

Quelques jours plus tard, il me parla de ses cauchemards qui ne le quittaient plus. Ils étaient oppressant et cela se ressentait. Je pense que c'est cela qui le rendi fou. Bien sûr, à ce stade là, impossible de cacher les fait, Oulist et les autres apprirent assez vite la réalité de l'affaire. Depuis, cette histoire est conté régulièrement lors de nos veillées."


"Jonas et son groupe n'ont pas pris au sérieux la menace de l'esprit collosal. Ils étaient convaincu qu'ils n'étaient pas une superpuissance et qu'il pouvait être vaincu. Alors ils se préparèrent un an durant sans le soutien des récolteurs de l'époque. Oulist, Ast et Saur tentèrent en vain de les raisonner. Quel malheur que nous ne les ayons pas écoutés. Car moi même, j'avais rejoind ce groupe de quinze que Jonas avait réuni. 15 contre un seul : l'esprit collosal. Neuf étaient au front. Neuf sont morts. Six étaient au soutien. Six sont marqués à vie.

L'esprit colossal contre attaqua sur les neufs simultanéments. Nous fûment éjecté instantanément des esprits de nos amis malgrè le fort ancrage que nous avions établi. Bien sûr, nous y sommes immédiatement retourné... Mais il n'y avait que le néant. Seul mes troupes subsistaient, dans le vide, perdues. Assaillient de toutes part par des horreurs sans nom, je fus dépasser devant ce chaos ; noirceurs, esprits diaboliques, éclairs venant de nul part.

Ceux qui étaient au front n'ont même pas pu nous raconter quoi que ce soit... terrifiés, ils se sont suicidés dans le fleuve de lave."


Oulist explique : "En tant que récolteurs plus encore que tout autre ici, vous devez connaître les règles de l'esprit colossal. Celui-ci nomme un unique livreur. Seul lui peut venir chez lui livrer l'émanation récoltée. Il le fait jusqu'à ce que l'esprit colossal soit contenté. Le livreur doit être humble, discret et correct. Aucun de nous ne doit tenter d'établir un canal vers lui mais tous le connaissent par la présence du canal de transfert que j'ai chez moi.

Ah oui, pendant que nous parlons des règles. Ne tentez pas de rechercher d'autres esprits autour de vous. Vous tomberez dans le néant, un néant nauséabond dans lequel un bolkis sage ne s'aventure pas. Ceux qui ont essayé ont été envahi par la noirceur et nous avons eu grand mal à nous en débarasser. Ce néant porte la marque de l'esprit colossal et pourtant, je ne reconnais rien là bas..."


Oulist a disparu...

Saur prend la parole devant le peuple :
"Mes amis, écoutez moi bien. Oulist est introuvable depuis plusieurs heures maintenant. Nous nous inquiétons de savoir ce qu'il est advenu de lui. Nous avons tenté de le contacter mais nos canaux conduisent maintenant directement dans le néant de l'esprit colossal. Espérons qu'il reviendra.

- Il ne reviendra pas", l'interrompt une voix forte et assurée en provenance du promontoire rocheux. Ast fait face à la foule. Il annonce gravement : " Oulist n'est plus. L'esprit colossal est venu à moi et je suis en charge de recueillir l'émanation. Par conséquence, je suis devenu votre nouveau chef. La disparition d'Oulist m'attriste. L'esprit colossal était en colère quand il est venu me voir. Je n'ai pas d'idée sur ce qui a pu le froisser et aucun de nous autres, ses plus proches amis n'avons d'information à ce sujet. Nous ne comprenons pas et cela nous inquiète. Je souhaite que nous réalisions une offrande exceptionnel pour éviter que son courroux ne s'amplifie. Ensuite, nous ferons un repas en la mémoire d'Oulist et j'invite chacun à s'exprimer sur le sujet".

L'assemblée encaisse le choc en silence. L'atmosphère est pesante et les visages abasourdis. Nul n'acceptent la disparition d'Oulist.

"Ast ! l'interpèle Saur alors que celui-ci s'apprête à partir. Cette nouvelle est dure à encaisser car l'espoir était encore dans mon coeur. Je ne remets pas en question le choix de l'esprit colossal, mais Oulist m'avait explicitement désigné comme son successeur et je n'entends pas me desister devant cette lourde responsabilité. Nous en reparlerons plus tard. En attendant, faisons cette offrande dont tu m'as parlé. Ceux qui étaient prélevés par Oulist directement receverons la visite de l'un d'entre nous tout à l'heure. Merci de ne pas rester bien loin.

- Ton implication est tout à ton honneur Saur, réplique Ast, mais tout le monde sait que le rôle de chef ne peut être porté que par celui que le grand esprit à disigné. Il en a toujours était ainsi et cela est sage. Je saurais m'appuyer sur toi comme l'a fait Oulist en son temps, sois en convaincu.

- Ce n'est ni le lieu ni le moment pour en parler, tempère Saur. Soyons repectueux devant la gravité de la situation.

- Pourquoi ne serait-ce pas le moment ? As-tu des choses à cacher à nos camarades ?". La voix d'Ast est provoquante, inquisitrice. Pourtant, Saur répond calmement :

"- Il ne s'agit pas de cela.

- Alors le sujet est clos, conclu Ast."

Une voix s'élève de l'assistance. C'est Djey, un scribe concepteur d'objets qui s'exprime : "Je ne suis pas d'accord. Oulist a toujours pris de bonnes décisions pour nous tous. Il a désigné Saur comme son successeur et je ne vois pas ce qui empêche Ast d'être le point central de la récolte.

- Tout de même, lance Ollur d'une voix forte. Il n'est pas logique de dissocier les deux rôles. Quel sens cela a ? L'esprit collosal pourrait le voir comme un manque de respect.

- C'est peu probable, rétorque Gork, le grand esprit s'est toujours désinteressé de notre vie dans le monde physique."

Suite à cela, le brouhaha emplie la grotte, chacun exprimant son opinion sur la question.

Sop interrompt tout le monde avec le son d'un cor puissant. Intégré à son corps, il le fait durer un peu plus longtemps que lorsqu'il sonne l'heure du souper.

"Ecoutez moi ! Ecoutez moi ! Et si on faisait deux groupes ? Ceux qui veulent aller avec Saur vont avec Saur et ceux qui veulent aller avec Ast rejoigne Ast. - A ouai, bonne idée entend-t-on par ici - Ouai c'est ça, entend-t-on par là..."

Et c'est ainsi que cette proposition fit son chemin au sein de l'assemblée.

Sop interrompi à nouveau la foule avec son cor, se tourna vers Ast et Saur : "Et qu'en pense nos chefs ?"

Saur avait un teint pale instable signe d'un fort embarassement qu'il ne cherchait pas à cacher. Il pris la parole le premier avec un ton grave. "Cette idée me déplait, mais face à l'entêtement d'Ast, je ne vois pas d'autres solutions.

- Il n'y a aucune raison que je te cède ma place !" retorqua Ast, visiblement en colère au vu de la tournure des événements. Il se trouna vers le peuple : "Faites donc votre choix mais sachez que ceux qui ne sont pas avec moi aujourd'hui sont contre moi et que je leur en tiendrai rigueur pour toujours. Sachez aussi qu'en dosant notre contribution à l'esprit colossal, je prendrai cela en compte de manière significative.

- Tu ne peux pas faire cela, interjecte Saur. Ce serait injuste. Je ne le permettrai pas.

- Nous verrons bien... Que ce qui veulent suivre Saur le rejoigne.

- ... et que ceux qui veulent suivre Ast le rejoigne..."

Quatorze bolkis rejoignirent Ast. Seize bolkis se mirent au côté de Saur. Trente cinq restèrent indécis.

Devant cette répartition équilibrée, les uns et les autres se répartir chez Saur et chez Ast. Saur réunit trente et un partisans, Ast trente trois. Il ne restait que Jerry le troisième récolteur dans les gradins. "Mon coeur ne peut choisir Ast ou Saur. Ce choix ne peut être. Je resterai donc autonome. Je prendrais une terre que je cultiverai. Je donnerai à Ast ma contribution pour l'esprit colossal mais je serais mon seul chef."

Aucune réponse ne lui fut faite et c'est donc ainsi qu'il fit.


Parler des protections pour l'extérieur


Saur convie Actal, Grendal, Braff et Jerry à rejoindre l'extérieur. Bien protégés, il entame un long monologue :

"Ce que j'ai à bous dire est grave. Ne soyez pas choqué que je ne vous révèle cela qu'aujourd'hui. Si je vous ai caché ces informations toutes ces années durant, c'est parce que je craignais qu'elles ne soient démasquées par l'esprit colossal. Je les ai sécurisées du mieux que j'ai pu dans mom propre esprit et cela semble avoir été efficace.

Ce fait des années que j'attends ce jour, le jour où notre peuple sera peut-être enfin libéré... mais vous ne devez rien y comprendre. Laissez moi vous expliquer.

Oulist, notre ancien gestionnaire, s'est entretenu avec moi ici-même à plusieurs reprises. Il avait pu s'étendre au delà des interdits. Il avait franchi les barrières de l'esprit colossal et avait découvert de nombreux esprits, des choses inédites.

Il a finalement eu la conviction que nous sommes manipulés, exploités comme de vulgaires esclaves.

Il avait réussi avec peine et bien de la chance à se glisser à travers les défenses de l'esprit colossal. Il avait rejoind l'extérieur en l'infiltrat, en suivant les convois d'émanation. De là, il avait pu ramifier d'autres esprits pour s'étendre. En même temps qu'il vous formatin, il m'enseignait à dissimuler toutes ces choses à l'esprit colossal.

Il n'a malheureusement pas pu me transmettre ces liaisons car c'est peu de temps après, alors qu'il tentait de nous sortir de là, qu'il a disparu.

Plus moyen de le retrouver. Il semblerait qu'il soit sorti et qu'il ait péri dans le froid. Pour moi, il a été assassiné par l'esprit colossal qui semble pouvoir, je ne sais comment, nous contrôler en profondeur.

Lorsque Ast voulu prendre le pouvoir, je dû me positionner car si je ne l'avais pas fait, je n'aurai pas été en mesure de vous préparer convenablement.

Voilà des années que je vous forme et je compte sur vous pour nous sortir de là. J'ai conçu un plan. Il est temps que je vous le soumette. Pour limiter les risques, lorsque nous rentrerons, vous irez directement en isolement dans vos quartier et nous agirons directement.

Depuis le temps où Oulist a pû franchir l'esprit colossal, des barrières nouselles ont dû être érigées afin de palier aux anciennes défaillances. Lui-même avait pu se méler à sa livraison d'émanation laissant le soin à l'une de ses entités d'effectuer la livraison. Il dû passer dans un territoire hostile dans un environnement très contraint. Il a pu passer car il joua d'une infinie discrétion, se soumettant sans réserves aux contraintes qui lui étaient imposées. Ce fut long et laborieux mais il y parvint.

J'espère pouvoir vous accompagner le long de ce périlleux voyage mais je tiens à vous dire que je n'y crois pas. Je suis au bout de ma vie. J'ai bien vécu et je sens venir ma fin. Je préfère périr dans cette entreprise, glorieusement, plutôt que de vivre dans ma descendance avec un remors éternel.

Nous irons donc ensemble dans la prochaine livraison. Aussi discret que possible, nous tenterons de traverser l'esprit colossal.

Je resterai en avant, plus visible que vous autre. Si nous venions a être démasqué, j'attaquerai l'esprit colossal de toute ma puissance afin de le contraindre à s'occuper de moi et en vous laissant l'opportunité d'aller plus loin sans vous faire voir.

J'ai des amis ici qui sont dans le même état d'esprit que moi et qui viendront se battre à mes côtés. Dans de telles circonstances, je suis convaincu de notre défaite mais je crois en votre victoire.

Je sais, cette entreprise est périlleuse. Mais quel choix avons nous à part nous soumettre éternellement ? "

De leurs triple couches de protection, deux d'entres elles sont dorénavant congelées.

  • retour dans leur espace
  • condamnation des portes
  • projection
  • arrivée chez Saur (Siste)
  • rencontre de l'entité chargée de la livraison. " Vous avez été bluffé, bon signe..."
  • Prenne place dans le convoi.

Le convoi, comme a son habitude, est composé d'une variété de plantes, d'objets, de bols de lave. Quelques particularités sont présentes, mais elles restent rares. On y trouve des sphères d'énergie lumineuses, quelques sphères de souffle tourbillonant, des boules de feu de la bouillie verte...

Chacun décide de sa place dans le convoi. Saur change sa représentation et devient une plante. Jerry fait dans la subtilité et se voit comme un caméléon polymorphe dont la forme actuelle est un morceau de plante. Braff et Grenadl sont .................???..... Actal se représente comme un bolkis immatériel invisible.

Un fois parés, le chariots lévitants sont en position. Un trou s'ouvre face à lui avec un pourtour brumeux. En ligne droite, ils apercoivent un long couloir noir entouré de brûmes ténébreuses.

Le convoi avance vers une large coupelle ancrée dans le sol, lisse et visiblement très dur. Des sphères posées sur des pieds d'estale illuminent faiblement la zone. Maintenant sortis du couloir, ils distinguent au loin un mur de ténèbres. Dans toutes les directions, cette prison sphérique les entoure.

Le chemin est délimité au sol de part et d'autre par un nuage sombre sur lequel apparaissent des visages menaçants horribles, sauvages et déformés.

Un bolkis de ténèbre ailé attends aux abords de la coupelle. Ses six bras vaporeux renforcent l'appréhension de nos héros et la peur grandie en eux. Ils tentent de la contrôler mais sans y parvenir totalement. Chacun allège au maximum sa pensée afin de masquer au mieux sa présence. Aucun mouvement, aucune activité... disparaître, ne faire d'effleurer...

Le chariot déverse maintenant l'offrande dans la coupole. Saur avait visiblement bien pensé les choses car tout le monde se retrouve au sommet du tas, Saur bien en évidence à l'avant. Seul Actal, de part son immatérialisé a dû se déplacer avec le tas pour ne pas devenir visible. Les autres se sont simplement laissés portés.

Les chariots repartent. Le bolkis ténébreux semble satisfait et l'entité ayant pris la place de Saur se retire respectueusement. Auncun parole n'a été émise.

Le mur de ténèbres s'ouve au lon laissant passer de nombreux esprits fantomatiques. Télékinétiquement, ils charient la livraison. Des morceaux s'envolent doucement en tout sens. Les esprits parcours les morceaux les regardant, les sondant longuement. Voilà que l'un d'entre eux arrive sur Saur... Il l'observe, semble s'y intéressé tout particulièrement. Il l'observre, le coutourne, le traverse...

La tension est palpable, tout le monde est sur ses gardes... sans vraiment savoir quoi faire si cela tournait mal... Mais l'esprit poursuit sa route. D'autres frôlent nos héros, les scrutent, les analysent... Mais aucun ne fait mine de s'inquiéter outre mesure. Aucune alarme ne renti...

Après le mur de ténèbres, se dresse à qulques dizaines de mobs une deuxième barrière. Visiblement plus solide, elle est parcourue d'arcs électriques. Elle reste fluctuante, comme un nuage qui aurait été compressé pur former un coton.

Un fantome siege à droite est son homologue sur la gauche. Ils semblent garder les lieux, leurs yeux rivés vers le premier mur de ténèbres.

Les esprits charient nos héros vers une porte en face d'eux. Lorsqu'ils la franchissent, ils rentrent dans une tasser inversée aux murs métalliques. Des rayons balaient l'espace parcourant les formes en lévitation.

Au fond du vase, un trou conduit dans un couloir qui se sépare en deux. Au niveau de la bifurcation, des dizaines d'yeux flottent et des doigts apparaissent ponctuellement pointant les objets, et les projetant à distance sur la droite ou sur la gauche.

Saur est projeté à gauche avec quelques objets. Grendal, Braff et Jerry subissent le même sort et Actal, non porté télékénitiquement, décide de les suivres.

Difficile de comprendre immédiatement la logique derrière ce tri...

Après avoir franchi la porte, ils sont entreposé dans un coin. Un fantome prend un des objets du tas et commence à l'analyser en le ragardant longuement. Satisfait de son analyse, il l'envoie tél&ékinétiquement dans une première salle. Par la porte, nos héros peuvent appercevoir toutes sorte d'appreillages, de plantes, déprouvettes et de laborantins bolkis.

Par la deuxième porte, d'autres appareillages plus technologiques sont agencés et des bolbots attendent à l'entrée, en veille.

Par la troisieme porte, ils distinguent une zone d'incantation où des mages en toge plasmodient en coeur.

Au fond de la quatrième salle, un trone vide, richement décoré fait face à une zone centrale plongée dans un cone de lumière.

Après y avoir réfléchi, nos héros réalisent que les objets qui les entourent sont ceux qu'ils n'ont jamais vu. Depuis des années, il livrent quantité d'objets divers et variés, même si le gros de la livraison est toujours à peu près identique. Ici, il ne reste visiblement que ce qui est nouveau... Sauf eux... Eux qui ont pris une forme commune sont pourtant ici...

Les objets passent tout à tour dans le 5 salles, toujours dans le même ordre. Elles finissent par former un tas face au trone.

Quand le fantome s'empare de Saur, il l'analyse et immédiatement se fige. Il vibre de toute son âme. L'environnement devient rouge clignotant et un cri strident retenti. La salle du trône projettte un éclat de lumière. Un être de ténèbre vient d'apparaître en son centre. Il est là... L'esprit colossal est là, en face d'eux, cela ne fait aucun doute...