Stgrp

De Bolkis

indigoux

Introduction

Naissance

Tu te sens exister. Tu ne sais plus vraiment à partir de quand tu as eu cette sensation, mais tu es là au milieu d'un atmosphère rassurante. Au milieu de ses sensations, de ces pensées, de ces voix et de ces images, tu te sens enveloppé, chéri, porté. Cette plénitude semble éternelle quand soudain tout devient oppressant. Tu te recentres sur toi même. Tu fuis ce capharnaüm, ce brouhaha incessant, ces images déroutantes.

Et tu es là.

Seul.

Au calme.

Au fur et à mesure que tu imagines un intérieur, tout se construit ; un chez toi très original. Tu t'y sens bien mais une sensation détourne ton attention. Il y a un autour, un autour de toi à conquérir. Ils savent... tu sais... comment dire... c'est confus... mais bref, "on" sait ce qu'il faut faire. Alors tu agis pour prendre forme... tu ressens des sensations nouvelles d'un corps en mutation.

Doucement tout prend forme comme tu le souhaites... et une fente s'ouvre sur la lumière... Ton premier oeil vient de s'ouvrir et tu vois ce qui t'entoure.

3 boules vertes de ta taille sont installées dans des coussins de lierre aux feuilles bleues, denses mais minuscules. Sur l'une d'entre elle, tu y vois un oeil grand ouvert... sur les deux autres, des yeux fermés pas totalement terminés.

Entre vous, un grand panier contient des petites patatoïdes verte... De la nourriture ! Ca tombe bien, tu as une envie forte de te nourrir. Ce n'est pas la souffrance physique comme les humains le ressente, mais une envie profonde et puissante.

La première douleur psychologique... L'incapacité de t'en emparer. Cette prise de conscience te fais remarquer les petits bras - enfin plutôt les petites queues - qui poussent le long des corps de ces boules vertes... et des tiens.

Ta bouche et ton système digestif sont prêts. Tu te saisis de la nourriture que tu commences à ingérer. Un grand bolkis vert au moins 2 fois plus haut vient vous voir. Tu n'entends rien à ce qu'il semble dire mais ses intentions sont visiblement amicales. Il dépose de la nourriture fraîche puis sort de ton champ de vision.


Découverte des Okouhas

Le village est

La fête du village

C'est la fête du grand honneur.

Au terme de cette fête, sont primés :

  • le meilleur combattant
  • le plus grand artiste intol

Vous êtes amené sur la plateforme centrale où sont amassés une grand nombre de jeunes Indigoux. Il y règne une très grande agitation, un esprit de fête certes, mais dans une atmosphère quelque peu tendue. Vous êtes encore très jeune mais vous pouvez nettement sentir cette impatience qui bouillonne tout autour de vous. La bolkis affluent de toutes parts et la plateforme s'en trouve assez vite remplie. Les discussions vont bon train. Vous entendez pas loin de vous deux personnes discuter.

"... Ellof ? Je parierai pas dessus. T'as vu s'que Lofni a fait l'aut'e jour ?

  • Bah, il est doué c'est clair mais Ellof a remporté la coupe 3 fois d'affilé et il était jeune à sa première victoire
  • Il avait une chance de ouf au tirage au sort et Balkaro était super défonce quand ils ont fait l'combat final
  • N'empêche qu'il a su y faire et qu'il a enchaîner encore sur l'année d'après... et encore après alors qu'ils se sont carrément acharné sur lui la dernière fois. On avait jamais vu ça avant.
  • Et ben c'est qu'ça s'pourrait bien qu'Lofni profite de ça
  • P'tain mais t'es lourd avec ton Lofni ! Pourquoi pas Klok ? Il est prometteur lui..."

Autour de vous, des nacelles de 6 à 20 places sont suspendues aux branches sur plusieurs étages, permettant à tous de s'installer confortablement pour regarder dans la même direction. Vous remarquez d'ailleurs de longues lianes tendues entre les arbres, formant un large espace, comme une grande cage autour du feuillage d'un grand arbre.

Un son puissant s'élève soudain de cette zone... "toutoulouuuuuuu" et un indigoux prend la parole. Il utilise l'une de ses queues sur laquelle est fixée un porte voix. "Peuple des Okouhas, voici venu le jour notre grande fête annuelle.

Qui de nos meilleurs combattants sera le vainqueur. Qui aura le grand honneur pour l'année qui arrive. Maître Ellof gardera-t-il son titre pour une 4ième année consécutive ? Saluez le bien fort !!"

Ellof fait son entrée de manière imposante. Grand Indigou muni de deux puissantes ailes, il arbore de nombreux dessins courbes en relief sur l'ensemble de son corps. Équipé d'un bouclier rond, au deux tiers de l'une de ses queues, d'un lance harpon sur la deuxième et d'une lame à l'extrémité de chacune des deux autres, il impose sa présence et insuffle la crainte chez ses opposants.

A y regarder de plus près, en plus de sa pair d'yeux bien visible, un oeil supplémentaire est situé au dessus des points d'ancrage de chacune de ses ailes, lui conférant ainsi une vision à 180° limitant les mauvaises surprises...

"Applaudissez bien fort nos 3 autres finalistes.

Klok, le premier disciple de Maître Ellof
Le jeune et très prometteur Lofni
et Amaknak, notre très renommé maître chasseur
"

Klok ressemble fortement à Ellof bien que sa prestance soit nettement moins grande.

Quant à Amaknak et Lofni, leur apparence est tout autre. D'une simplicité déconcertante, il ressemble à beaucoup de bolkis autour de vous. Deux bras-queues sur les côtés avec de petites ailes comme les écureuils volants. 2 autres queues sur le sommet du crâne pour faciliter le déplacement dans les arbres et seulement deux yeux.

...

Le combat commence. Ellof et Klok s'élance dans le ciel et s'envole à vive allure autour de l'arbre central. Amaknak et Lofni quant à eux se hissent vers le sommet de leur arbre en passant de branches en branches, sans se presser, très attentif aux mouvements des ailés.

Klok accélère subitement dans un léger piqué, bande son bras d'attaque et tir un projectile à la figure d'Ellof Celui-ci a tout juste le temps d’entamer un virage qui permet à la pointe de rebondir sur sa carapace naturelle. Une course poursuite entre les branches commence alors. L'habilité des deux bolkis est impressionnante. Ils volent entre les branches à une vitesse vertigineuse. Soudain, alors qu'Ellof amorce une légère descente, vous le voyez saisir quelque chose au niveau de son lance harpon. Il passe alors au dessus d'une branche conséquente. Sa trajectoire devient alors surprenante. En l'espace d'une fraction de seconde, il se retrouve derrière Klok qui le suivait de près. Pendant la rotation autour du tronc, ses deux longues queues du dessus se sont armés et les lames s'abattent avec une violence inouïe sur Klok. Même si ses ailes n'avaient pas été abîmées, le choc était suffisant pour le désequilibrer. Il heurte une première branche, une seconde puis commence à chuter... Une troisièmement branche le ralenti et c'est seulement 10 mobs plus bas, sur la quatrième branche, qu'il parvient à se stabiliser en enroulant ses queues supérieures le long des branches.

Ellof se laisse porter par son élan déroulant sa mutacorde. Une fois sorti de la zone dense en branchage, il se stabilise et entreprend de décrocher son grappin et de le ramener vers lui.

30 mobs au dessus de lui, Amaknak, dont la couleur se fond avec le décor, s'est placé au bout d'une branche. Soudain, il saute dans le vide et se transforme en une pointe menaçante, des petits ailerons sembles apparaître pour guider sa trajectoire.

Ellof l'aperçoit juste à temps et interpose son bouclier dont le manche télescopique grandi jusqu'à 2-3 mobs avant qu'Amaknak s'écrase dessus. Sous le choc, Ellof perd le contrôle de son vol et commence à chuter. Amaknak mû par son élan et solidement accroché au bouclier bascule autour d'Ellof. Il se déforme et son slim vient saisir la tige du bouclier. Son corps tout ramoli, il bascule pardessus le bouclier, étend encore son slim et prolonge ainsi une roulade lui permettant d'atteindre la queue inférieure portant le bouclier esquivant par la même occasion les deux lames des queues supérieures qu'Ellof tentait d'abattre sur lui.

A une rapidité déconcertante, sa chair sort de son flanc et par un coup rotatif tranchant et puissant, tranche l'attache du manche sur lequel il se trouve. Une des lames d'Ellof est revenue et semble empaler Amaknak qui dérive sur ce bouclier sans attache. Mais, comme si de rien était, Amaknak se propulse, projetant par la même occasion le bouclier vers le sol, il déploie ses ailes d’écureuil et plane en direction de l'arbre central.

Ellof étant sa longue queue et parvient à se saisir du manche de son bouclier, mais il va très vite maintenant et choit à une vitesse vertigineuse. S'en est fini de lui lorsqu'il passe la limite du ring... Mais non ! Ses queues ont pu saisir des branchages et ses ailes déployées ont fini de ralentir sa chute. A peine se retourne-t-il qu'un carreau de Klok vient se figer dans l'une de ses queues. Il se propulse alors avec puissance vers le haut et reprend son envol vers la cime. Il décoche quelques tirs de barrages pour couvrir sa fuite. Il repli manuellement la tige de son bouclier et l'accroche dans son dos, sous ses ailes.

Ellof est maintenant haut dans les sous bois et analyse la situation. Krok n'a pas beaucoup bougé depuis sa chute, il remonte prudemment le long du tronc afin de pouvoir anticiper les éventuelles attaques à son égard. Il utilise sans doute ses gants rugueux. L'un de ses yeux arrière est encore intact mais l'autre tailladé offre une zone d'ombre propice à une attaque.

Amaknak remonte lui rapidement depuis son arbre afin de reprendre une position favorable. Lofni reste introuvable... Les yeux perçants d'Ellof ne le voit pas, ses sens sonard ne lui indique rien et sa perception infrarouge n'est pas d'une grande aide en pleine journée. Un mouvement soudain, vers l'avant, le long de l'arbre central... Lofni, couleur du tronc, chute sur Krok, une pointe est projetée de son corps... Il a bien identifié la zone d'ombre et fond ainsi sans être vu. Sa pointe atteind le second oeil alors que lui même projette son slim en une double hécile tranchante. En un éclair, les deux queues supérieurs se trouvent coupées à mi hauteur. Lorsque le pieu lui servant de tête fracasse l'armure de Krok, celui-ci se retrouve transpercé au niveau du nez, s'il en avait eu un. Décroché par la puissance du coup, il tombe au bas des arbres sans réussir à l'accrocher, hors du ring, hors course. Lofni quand à lui s'est stabilisée. Après le choc, il a saisi une branche en dessous de lui et a formé un mini parachute pour ralentir sa chute. Dans une jolie rotation autour de la branche, il se retrouve suspendu, aux aguets.

Il ne sont plus que trois finalistes. Ils s'étudient du regard. Amaknak est à nouveau dans les hauteurs. Ellof vole légèrement blessé sur place un peu à l'écart. Lofni lui est dans la situation la moins confortable en contre bas. Chacun hésite. Amaknak et Ellof savent

Première chasse

Les premières années de leur vie furent emplis de la joue de vivre au sein d'une communauté unie ouvrant ensemble pour le bien être de tous.

Certs, la vie était parfois cruelle et certains des leurs disparaissaient dans le ventre d'un oiseau ou de ces autres redoutables prédateurs du monde d'en dessous, mais le sens de la vie était limpide.

L'amour des leurs, leur bienveillance, leur solidarité, leur attention leur donnait la force, le courage et la détermination.

Bercés par les préceptes de Shashima leur déesse mère, ils se devaient de trouver leur place et de développer leurs aptitudes naturelles sans faire usage de quelconque outil manufacturé.

Osrine, le sage répétait souvent que leur usage conduit à la paresse et à l'incompétence entravant ainsi le développement de leur vraie puissance.

C'est ainsi qu'ils apprirent à construire de puissantes queues souvent extensibles , leur permettant de se mouvoir rapidement d'arbres en arbres au sein de la canopée. Quel bonheur de les voir ainsi se déplacer dans un mouvement aérien fluide et maîtrisé.

Teky qui avait choisi la voie de la mutalongue surpassait tous les autres dans les déplacements sur de longues distances avec ses ailes d’écureuil qu'il pouvait déployer pour planer d'arbre en arbre.

Pilo quant à lui, se déplaçait différemment. Ses queues étaient moins longues, moins puissantes et il l'avait pas d'ailes en permanence, mais alors qu'il se retrouvait à l'extrémité d'une branche, il se propulsait dans le vide, prenant quelques instants la forme d'une aile delta, pour rejoindre une branche en contrebas. Il reprenait sa course dans la canopée. Plus loin, il se laissait tomber à pleine vitesse, projetait sa matière en avant afin de saisir en contrebas une branche éloignée et, après en avoir fait le tour en décrivant un large cercle, il se propulsait dans les airs.. salto arrière, saisie des branches par les queues et reprise de sa course à pleine vitesse...

Les ambitieux Gildiroux

Vers de nouvelles relations avec les Okouhas

L'assistance à Aripol

Parvint un jour chez les Okouhas, une demande d'assistance d'un village voisin nommé Aripol. Contrairement à l'accoutumé, il n'y eu pas de long débat au conseil ce matin. Réuni en urgence, les sages décidèrent unanimement qu'il fallait au plus vite envoyer le maximum de guerriers sur place. Seul Ellof restera pour assurer un minimum de protection au village.

Voyant en cet événement une bonne occasion de parfaire à leur formation de guerrier-chasseur, les maîtres décident d'emmener leurs apprentis avec eux.

Nul ne savait en ce jour où cela les conduirait...

Ainsi, Pilo, Glavio, Globby et Teky prennent la route d'Aripol. C'est la première fois qu'ils vont si loin de chez eux. Au fur et à mesure qu'ils avancent, la canopée devient de moins en moins praticable. "Nous quittons nos terres" annonce Donulfa le mare de Glavio. "Nous traverserons bientôt un territoire hostile. Soyez vigilant, le prédateur qui y rode se régalerait de votre tendre slim..."

Intimidés, nul n'ose poser de question mais tous sentent leur ventre se nouer alors qu'ils s'apprêtent à rejoindre le monde d'en bas. Depuis leur naissance, d'aucun leur conte de terribles histoires sur les dangers qui règnent au sol. Ils ont toujours étaient à l'abri en faut dans les arbres et voici qu'ils se posent maintenant au sol pour avancer au cœur de ses plantes basses dans cette forêt qui devient clairsemée, caillouteuse et pentue.

Avouna entonne une courte prière à Shashima. Les bruits environnants sont peu encourageants. Sur le qui-vive, ils scrutent chaque coin de forêt, analysent chaque bruit. Leurs maîtres semblent confiants... pourquoi donc s'inquiéter ?

C'est finalement sans encombres qu'il rejoignent le village d'Aripol en pleine effervescence. Niché au coeur d'une forêt de champignons géants, vont et viennent des bolkis indigoux de formes variées. Trois d'entre eux, bardés d'outils s'active à creuser le coeur d'un champignon géant. Sans doutes préparent-ils une nouvelle maison pour l'un des leurs. En y prêtant une attention plus approfondie, Globby repère un intol posé non loin de là dont la concentration semble focalisée sur le champignon. Se concentrant lui même pour percevoir les perturbations dans l'inter, il analyse son action. L'énergie se focalise sur l'empreinte de vie du champignon afin de l'aider à soigner ses plaies, à cautériser ses blessures. Cette aide assurera sa survie bien après l'opération. Les Okouhas eux même utilise cette technique pour les adaptations qu'ils font à leurs arbres.

Alors que notre troupe d'Okouhas se dirige vers la maison champignon centrale, Lofni, le maître de Pilo, interrompt leur marche. "Jeunes apprentis, ce dont nous allons traiter maintenant ne vous concerne pas directement. Restez par ici, liez vous d'amitiés avec nos voisins, parlez leur, apprenez comment ils vivent. Soyez bref et concis, nous serons de retour sous peu."

C'est ainsi que les six guerriers-chasseurs officiels se dirigent vers ce grand champignon. A mieux y regarder, ce dernier, plus grand que les autres, dispose d'une dépendance lié à lui, un champignon comme fagocité. Sans doute le premier a-t-il été grossi articiellement jusqu'à rejoindre le tronc d'un autre. En tout cas, l'espace final doit être confortable... sans doute cela a-t-il été fait pour permettre aux sages du village de se réunir convenablement.

Les guerriers-chasseurs semblent se présenter à l'entrée de la maison. Après un court échange, ils y entrent. L'un des deux gardes semble alors s'éloigner. Pilo, impatient d'en savoir plus intercepte un passant transportant des bûches. Rigolo comme elles le transpercent de part en part dans le bas de son corps. Une mutaflexe simple et pratique conçue pour cet usage précis. "- Bonjour, lance Pilo
- Mes hommages, répond le villageois Aripolien. Voilà de nouveaux étrangers ! Que de visite en ce moment... A votre insigne, vous n'êtes pas des Gildiroux... D'où venez vous ?
- Nous sommes des Okouhas, nous venons d'un village un peu plus au nord pour vous prêter main forte. Vous savez de quoi il s'agit ?
- Oula ! Nous prêter main forte ? Bah, je ne sais pas non... Enfin, il se passe tellement de choses en ce moment, je préfère pas me mêler de tout cela !
- Des choses ? Quelles choses ?
- Ben ces histoires avec les Gildiroux et la famille Gildaran. M'enfin, c'est sans doute pas pour ça, vous savez, y'a tellement de créatures dangereuses dans les parages... nos chasseurs ont peut être besoin d'un coup de main.
- Qui sont ces Gildiroux dont vous parlez ?
- Vous ne les connaissez pas ?!? C'est le peuple de la région le plus imposant qu'il soit. Plusieurs villages en font parti et leur influence ne cesse de croître... Croyez moi, vous n'allez pas les ignorer bien longtemps. Notre chef est en contact avec eux mais je n'en sais pas plus et je ne vois pas ce que je peux vous dire de plus.
- Votre chef ?
- Ben oui, celui qui commande au village !
- Comment, vous n'avez pas un conseil de sage ?
- Hein ? Bien sûr que non ! Ah oui c'est vrai, j'ai entendu parlé de votre façon de faire chez les Okouhas. Ca me semble bien exotique. Je vois mal comment ça peut marcher d'ailleurs. Y'a vraiment personne chez vous qui donne des ordres ?
- Ben non, on oeuvre tous pour la prospérité de notre village en fonction de nos aptitudes. Nous avons tous bien compris que notre action est essentiel, que nous devons faire ce qui doit être fait. - Et personne ne devient feignant chez vous ?
- Non, car nous lui rappelons collectivement que nous avons besoin de lui, que son rôle est important même s'il n'est pas indispensable ou irremplaçable.
- Je n'y crois pas, certains doivent profiter de la situation...
- Certains sont moins actifs que d'autres, certains sont maladroits, mais leur prestige et leur gloire est amoindrie et ce n'est pas si facile à vivre qu'on pourrait le croire. En tout cas, nous y survivons sans problème et acceptons nos différences.
- Mouai, répond le bûcheron d'un air non convaincu, je préfère notre système avec un chef tout en haut qui commande à ses lieutenants qui commande à son peuple.
- Vous élisez un chef ?
- Elir ? A que non, notre chef est désigné par le chef précédent avant son départ. C'est arrivé dans le passé que notre chef disparaissent avant notre cérémonie. Dans ces cas, c'est le meilleur villageois qui prend la succession."

Teky, dont rien n'échappe à sa vue perçante, repère un groupe d'une vingtaine d'individus lourdement armés s'approchant de la grande maison. A leur insigne, il ne s'agit pas d'habitant d'Aripol... Ah si, l'un d'entre eux est un Aripolien... Il s'agit du garde de la maison qui s'était éloigné tout à l'heure... Que font donc ces étrangers par ici...

Ils pénètrent alors dans la maison à l'exception de deux indigoux qui gardent la porte.

Quelques dizaines de secondes plus tard, un groupe de huit ressort et commence à scruter les environs, recherchant visiblement quelque chose... Que font ces étrangers ici ? Que peuvent-il chercher ? Ou plutôt QUI peuvent-ils chercher ?

L'un d'entre eux après les avoir aperçu de loin, s'approche dans leur direction. Il aborde une allure menaçante. Son corps volumineux comporte de longues stries verticales peu profondes mais visiblement tranchantes. Ses sourcils comment des plaques métaliques couvrent à moitié ses yeux sombres. De ses bras musclés sortent deux larges lames pointues. Arrivé face à nos amis, après avoir redressé ses sourcils tranchants, il annonce d'une voix puissante et grave :
"Je suis Gort. Et vous étrangers, qui êtes vous ?
- Nous sommes des Okouhas, répond Globby, et nous venons en ami. Que se passe-t-il ici ?"
Pour seule réponse, Gort crie à l'attention de ses amis : "Ce sont eux !" Les sept autres se précipitent alors dans leur direction.

Flairant les problèmes, Teky se retourne et prend la fuite. Pilo lui emboite le vol suivi de près par Glav.

Teky, rapide et vif lévite au loin entre les champignons. Après en avoir contourné quelques unes, il trouve une maison vide. Il s'y précipite et s'y tapis, regardant par la fenêtre ce qu'il se passe à l'extérieur. Il ne voit plus la zone de conflit mais il apperçoit peu de temps après deux des étrangers scrutants chaque recoin et vociférants de ne pas pouvoir le retrouver dans ce dédale...

SUITE

Les voilà partis à travers leur majestueuse forêt vers une nouvelle destination. Elnop, un village inconnu qui devrait leur apporter quelques éclaircissement sur la situation actuelle.

Après quelques heures de marches, il arrive en vu du village. De faut des branches, ils observe la situation. Eux aussi vivent au sol. Chaque habitation creusée au sein des arbres présente une porte et des sentes relient les arbres entre eux. Construits sur plusieurs étages, leur maisons présentent des ouvertures jusqu'à des hauteurs vertigineuse. Sur leur droite, au pied de la montagne, une rivière tombe en cascade de la falaise. L'eau forme un bassin qui s'écoule.

==

Rencontre de Vier