Le coup d'état du Général Ant

De Bolkis

L'annonce de la capitualition des Bolkis lors de la prise de leur capital, toucha au coeur le Général Ant.

Le dernier conseil de guerre d'Arosgone avait énoncé cette éventualité à laquelle il s'était fermement opposé et voilà qui était fait, si vite.

De ce pic qui le toucha si profond au coeur, surgit une vive colère et sa décision fut alors définitive... il lui fallait prendre le pouvoir maintenant, sans plus attendre. Aura-t-il assez de partisans ? Il l'espère, il y croit.

Dans son esprit ses idées se bousculent... il ne lui reste que trois jours avant la signature.. avant que l'ennemi possède les clefs du pouvoir. Après, il sera trop tard, il aura perdu... L'armée sera sans doute démantelé, la recherche militaire si prométeuse entarvée, mise aux mains de l'envahisseur. "Non, jamais ! Plutôt mourir aujourd'hui !"

Que faire ? Un putch au conseil de guerre d'après demain ? Un raid sur le convoit des traitres à la nation ? ou mieux... un coup d'éclat !

L'idée fait son chemin. Il pourrait prendre le pouvoir lors de la signature de la capitulation. Les prototypes de ses nouvelles armes seront opérationnels normalement et avec le soutien récent des Dieux, cela pourrait se faire ! Une réussite qui renverserait cette guerre catastrophe... Plus de freins par le gouvernement, le moral aux Bolkis, la pertes d'élements majeur chez l'ennemi... Il faut tenter le coup !

Le Général Ant doit s'assurer de la loyauté des Dieux car si ces plans sont révélés, s'en est fini de lui. La seule méthode, c'est de rencontrer directement le seigneur Oud, le tout puissant...

Après avoir exposé son plan à ses plus fidèles conseillers, le voilà parti dans les couloirs.
"- Sergeant Sety
- Mon général
- Aller quérir en personne le Seigneur Oud. Assurez-vous qu'il n'approuve pas cette capitulation et amenez le moi. Je dois m'entretenir d'urgence avec lui. Le conseiller Rébral vous accompagnera.
- Mais mon général...
- Exécution !"

... à faire ...

Le plan n'étant pas réalisable, le Général Ant n'a plus d'autre choix que d'attaquer lors du conseil de guerre à Arosgone. Un raid sur le convoit aurait un impact trop négatif sur la population Bolkis dont le moral est déjà si faible. Ce n'est pas pour le réjouir car l'affaire se présente délicate, même s'il a, bien heureusement, déjà abordé le sujet avec ses conseillers et que les principaux éléments sont déjà en sa possession.

Après avoir préparé leur plan d'action, le général est ses troupes embarquent à bord de leur flybol. Son équipe usuellement de 16 membres en comporte aujourd'hui 22. Pourvu que cela n'éveille aucun soupçons...

En plus de ses trois conseillés, nous retrouvons trois groupes d'intervention.

G1, le premier est composé de deux SAS Anlf et Faltre. G2, le deuxième, aux ordres de Anlf assisté de Jin comporte 8 SA ; Jin, Salf, Etro, Malti, Ja'ïne, Galtrao, Hulin et Azaol. Le troisième, G3 est dirigé par le colonel Sety nouvellement promu. Hétérogène ce groupe contient quatre intols, Sety, Berne, Ject et Joyn ainsi que quatre SAS experts en mutaflexe, Ango, Zan, Fizz, Ajn.

A l'atterrissage, l'ensemble de l'équipage débarque et s'enfonce dans le complexe d'Argosgone. D'autres navettes viennent d'arriver avec à leur bord les personnalités les plus importantes de la nation. La plupart du temps quasiment vide, le couloirs d'accès est aujourd'hui bondé de militaires disciplinés. La queue se fait longue pour le passage du premier contrôle et le général, ainsi que sa garde rapprochée, sont conviés à emprunter un autre chemin.

Quelle étrange sensation qui, plongés dans cette file d'attente se retrouve d'un coup à quitter le poste de contrôle. Le colonel Sety questionne ses hommes : "- N'avez-vous rien constaté d'étrange ? - Si Mon colonel, répond Ango, ils nous ont sans doute fait oublier ce que nous venons de vivre. Peut-être pour que leurs tests restent secrets afin que l'on ne puisse pas les étudier et les...